• Comme dan un vieux super 8 noir et blanc

    Ma vie revient en ma mémoire  à chaque photos...

    Noires ou couleurs rangées ou en capharnaüm 

    Chacune d'elle retrouve sa place dans le grand puzzel  

    Tout cela passe comme un zoom arrière 

    En vitesse rapide , aux rythmes lents des derniers instants 

    La bande son est d'époque et grésille du nez

    La pellicule , aussi d'époque , ondule aux grès de l'éclairage...

    L'histoire , pour n'importe quel spectateur ,

    Pourrait être d'une banalité ennuyeuse 

    Les acteurs ... ha !! les acteurs ...

    Voilà qui fait tout son charme à ce film

    Qui donne tout le parfum , la vie , aux scènes ...

    Bien trop ont quittés l'histoire , bien d'autres ont pris place

    Aux décors vieillots , ont pris places ceux d'aujourd'hui...

    Voila donc la vie , cette grande pièce de théâtre 

    Où chacun y fait son "cinéma" sous les projecteurs de l'univers...

    A bien revoir ce petit film , qui ne passera jamais à Cannes

    Je me dis que comme président de mon jury

    Je m'accorderais la palme d'or...

    Et je pense que beaucoup d'autre cinéastes de la vie ce l'accorderais aussi...

     

    Le Colporteur §§§©

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • De temps en temps me vient le sentiment

    De n'avoir, dans un rêve , même fou,

    D'avoir justement ce sentiment bien fou

    D'être passé à coté de cet arc-en-ciel,

    Celui qui traverse le ciel quand les nuages ont pleurés...

    Alors je laisse le grand mage

    Et son arlequin accoster le rivage

    Où la neige laisse des pas sur le sable

    Lorsque le soleil , croise la lune , aimable...

    Je traverse hagard la grande forêt de mannequin

    Où derrière chacun d'eux se cache un requin

    Alors dans la grand'rue du village défile la troupe des loups

    Tenues en laisse par les mendiants fous...

    Est-ce un cauchemar tout cela ou le fruit de ma folie

    Mon corps à ce point est'il affaiblie...

    De ce pas je m'en retourne en ce monde 

    Où le brouillard rend l'hypocrisie blanc comme neige

    Et l'homme lui rend triste hommage avec ses arpèges...

     

    Ce sentiment de n'avoir pas vue cet arc-en-ciel

    Pourtant les nuages ont ouvert le bleu du ciel

     

     

    Le Colporteur §§§©

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • A l'heure où ,là-haut, s'accroche la lune 

    Sortent nos démons de la nuit ;

    Les bas résilles sur leurs hauts talons

    Bercer par des jambes graciles 

    Qui redonnent goût à la conquête des rêves...

    A l'heure où sortent les loups, hurlant à la lune ,

    A cette heure là ;

    Lève les yeux vers cet astre céleste,

    Et dans cette clarté vaporeuse tu me verra...

    A la tête d'une troupe de brigands 

    Traversant les éthers et les prairies d'étoiles

    Tu me verra te faire un signe de la main ,

    Mon plus beau sourire aux lèvres ,

    A cette heure là , où chantent les nymphes de la nuit ; 

    A cette heure là , lorsque tu me verra 

    Tu saur que tout est fini ;

    Tu saura que je viens de passer dans le monde des souvenirs... 

    A cette heure là tu saura que je t'ais rendu libre ... ... 

                                ... ... ... ... JE T'AIME... ...

     

     

    LE COLPORTEUR §§§ ©

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires