• IL PASSE >>>LE TEMPS

    Le rire caché des enfants dans le feuillage

    A mes oreilles murmure douce complainte,

    Berce mon cœur qui ne compte plus d'âge  

    Au temps qui passe ne laisse ni regrets ni craintes

    A leurs souvenirs le temps  gommes notre passage

    Comme la vague un cœur à la plage

    Le sable au temps laisse sa place un autre cœur

    Mon cœur se berce de cette langueur 

    Le rire caché des enfants dans le feuillage

    Et l'arbre doucement le perd ; son feuillage 

     

    Le Colporteur §§§ ©

     

    (1ere phrase emprunté à Mr Eliot Thomas  ~ La Terre Vaine ~  )

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :