• Comme ça ; un matin tu te réveille serein

    Et comme lui tu fredonne un refrain...;

     Pourtant le gendarme te verbalise !

    Et toi avec lui tu  ferais des vocalies

    A qui fait la manche

    Dans ton pain tu lui fais une tranche !...

    Comme ça un matin , les bouchons vers ton travail

    Ont l'air château de Versailles...

    Les trains de banlieues découpent les citées

    Aujourd'hui toi , tu fredonne dans l’air frais !..

    Comme ça un matin tu te réveille serein...!!

     

    Il te menace son couteau à la main !

    Tu lui donne ton «ail-phone » fredonnant un refrain

    Il est fou ! s'étonnent les badauds , ahuries 

    Aux diables les problèmes efface tes soucies 

    D'un « souriez vous êtes filmés » , le pas averti 

    Tu tourne le dos à cette "prison" qui te détruit  ;

    Guéris de toutes blessures , et serein 

    Tu repars vers demain , leurs laissant ton refrain...

     

    Au bout du quai arrive ton train ; ton destin...

    Tu vas a sa rencontre , rieur !

    La vie t'a fait une fleur...

     

    RESTE SEREIN yes

     

    Baladin © Ami du Colporteur © §§§

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • J'étais un écris vain ,

    Du silence des mots

    Chantait l'image des phrases  

    Prélude à un tableau sur la toile d'un maître

    En musicien des lettres 

    Après accords des participes 

    Les mots comme une douce mélodie

    S'inscrivent sur le papier 

    Dans les yeux des mélomanes lecteurs

     

    Le Colporteur © §§§

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Au clair de la lune , redis-moi les mots

    Ceux qui , aux sons  de ta voix , vibrent dans l'air

    Dans nos cœurs et nos horizons

    Dis-moi encore ces mots qui résonnent comme une douce mélodie

    Quand le froid du silence se fait sinistre

    Dis-moi sous son ciel étoilée dis-moi les mots

    Parle à mes oreilles sourdent , à ma tête vide de tout ses mots que j'Aimais

    Redis-nous les mots qui vibrent dans nos têtes

    Vibrations d'Amour et de paix

    Redis-moi les mots que j'Aimais à écrire

    Et qui, à ma plume , se font silences ;

    L'encre à séchée au font de l'encrier

    Les lignes du cahier s'en sont allées fautes de notes à accrocher

    Redis-moi les mots qui font rêver

    Redis-moi ces mots là , ou mon cahier dans un sanglot va se refermer...à tout jamais...

     

        L Colporteur §§§©

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Lui à l’automne , elle, au printemps...

    Qu'elle est  donc cette alchimie

    Pour rester avec lui , pour qu'il lui plaise,

    L'Amour n'est pas chimère

    C'est un buisson ardent aux épines acérées , scélérates,

    Qui ne laisse place ni à l’hésitation , ni aux doutes

    Tu prend le chemin à ses côtés ou tu quitte son chemin

    Si sa tête repose sur ton épaule n'en prend pas ombrages

    Si ton cœur soudain bat la chamade c'est 

    Que du lasso de ses bras , il l'a capturé...

    La neige soudain qui tombe au désert de ta vie

    C'est l'oasis de fraîcheur dans l'aride vallée de ta vie

    Où ta vision morbide de l'avenir se fait magique

    Ne pense pas faire sacrifice de ta liberté

    Tu réalisera que ton chemin traversera de belles contrées

    Partager la vie à deux est un chemin pour plus loin

    Un chemin où s'appuyer sur son épaule

    Sera le bâton que n'aura pas à chercher tout le temps

    Les soirs de bivouacs sous la voûte bleu-nuit  regarde-là

    Tu verra dans ses yeux des étoiles briller dans les tiens

    Tu comprendras qu'il n'y a pas de saison pour l'Amour...

    Lui en automne , elle au printemps

    Qu'elle est donc cette alchimie ?...

    C'est l'Amour;; simplement l'Amour---

     

    Le Colporteur §§§© 

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Sur la fenêtre les gouttes de pluies , 

    En averses , frappent aux carreaux

    Où elles dessinent sur le museau de la buée

    Des couleuvrées d'une tristes journée d'hiver

    Qui , en gris nuages font barrage au soleil

    D'un printemps naissant .

    Les oiseaux aux ailes ruisselantes 

    Sautillent dans les flaques d'eaux

    Gosses , trépignant d’impatience ,

    D'un hiver qui se refuse à ce changement...

     

    Le Colporteur §§§©

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires