• Il se fait des lits, insipides, à mémoires de formes

    Soit . Moi je préfère découvrir tes formes ,sans habits

    Défaits, froisser, jeter aux hasards , aux pieds du lit

    Et n'avoir en mémoire que nos corps enlacés, unique forme

    De n'être connecté qu'avec ton coeur

    Avoir comme écran le bleu de tes yeux,

    Laisser sur le clavier de ton corps mes doigts amoureux

    Te jouer la mélodie aux refrains enjôleurs

     

     Ta carte mémoire est le coeur de mon ordinateur

    Inutile d'ouvrir d'autre fenêtres, 

    Dans ta boîte à courriel est arriver ma lettre 

     

    Entre nous pas de mots de passe

    Ma mémoire de tes formes est aux bout de mes doigts

    Dans le grand lit de l'espace .

     

    Il se fait des lits, insipides, à mémoires de formes

    Qui bien souvent n'ont en mémoires que la forme

    Des corps, de couples qui se séparent.

     

    Il se fait des lits, insipides, à mémoires de formes

    Soit. Moi je préfère découvrir tes formes sans habits

    Défaits, froisser, jeter au hasards,aux pieds du lit...

     

    Le Colporteur §§§©

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Mon coeur s"alangui à regarder ...

     

    Le tournesol baisse la tête , perdu . 

    Ses feuilles comme les bras d'un pendu

    Tombent vers le sol . Le soleil n'est pas venu 

    Les gouttes de pluie , tel des larmes roulent

    Et perlent sur ses pétales , comme sur les joues 

    De l'Amoureux éconduit.

     Sa fleur soleil est toute racornie 

    Le tournesol baisse la tête aujourd'hui

    Son coeur , couleur d'or , se lasse de battre et se langui .

     

    Tel le ruisseau qui ne reverra jamais l'eau qui s'enfuie 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Une étoile est née , mon Ami , 

    Et tu te doute bien où , 

    Tu me connais si bien et depuis si longtemps .

    Tu m'accompagner bien souvent dans mes promenades,

    Bien que je ne tenais pas bien haut 

    Les discutions ; Mais cela te plaisais 

    Et nombreux étaient nos jours à deux.

    Nous parlions le même silence , nous étions en harmonie

    Avec la même nature . Cette nature avec ses bruits

    Ses senteurs ses rencontres furtives, aux hasards 

    D'un lapin , d'un groupe de chevreuils 

    De sangliers , parfois ;

    Et puis cette rencontre , improbable ,

    Et puis elle eu lieu...

    Tu étais mon Ami , cet Ami

    De nos balades où le silence était de mise

    Nos phrases n'étaient ponctuées 

    Que de silences , aux regards, pourtant tellement

    Expressif à nos yeux , 

    Que bien des gens nous pensaient fâcher...

    Quand nos bras s'étreignirent ,nos coeurs

    Battaient la chamade ; nos yeux se sont embrumer de larmes

    La vie venait de nous mettre sur des chemins 

    Différents ; L'Amour m'avait croisé...

    L'Amitié , grande dame c'est mise en retrait,

    Comme une mère, à qui un charmant vient 

    Demander la main de sa fille .

    Comme telle, mon Ami tu t'ais effacé

    Devant cet inconnu , mais ton coeur

    Toujours grand ouvert......

    Une étoile est née mon Ami,

    Dans le grand théâtre de la vie

    Sous la bienveillance de l'Amitié.

    Quand l'Amour subtilise l'Amitié 

    L'Amitié fidèle , ni rancunière

    N'est jamais bien loin....

     

     

    Le Colporteur §§§©

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • J"étais pour l'écriture

    Je dois l'avoué pas très doué ;

    Aux couleurs mordorées des confitures,

    Les tartines , aux petits déjeuner 

    Me semblaient au premier abords destinées .

    Puis la plume, l'encrier, la feuille de papier

    Ont pris place sur le bureau

    L'orthographe et toutes ses fautes, ses règles

    Strictes , bizarres aux terminaisons parfois espiègles

    Ses lettres , aux silhouettes gracieuses 

    Aux prononciation théâtrales et majestueuses...

    Tout cela me fut bien longtemps pénible tâche

    A laquelle  j’œuvrais sans relâches

    Le peu qui pris racines au fond de moi

    je le partageais en dessinant les mots d'Amour 

    Dan les lettres d'Amoureux séparés par les distances

    Les mots qu'ils ne savaient dessiner ou pire encore

    Qu'ils ne savaient pas lires , ni écrire...

    Le peu que j'avais  appris je le partageais sans frontières

    Le plaisir de dessiner des lettres pour effacer les distances... partager les sentiments

     Et se faire rejoindre des coeur n'avait d'égal que le sourire des Amoureux, d'entendre chanter leurs sentiments

    Ce fut une période merveilleuse 

     

    Le Colporteur §§§©

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Ma douce ,

    Mon Aimé

    Sur un nuage posée 

    Comme un oiseau ailé

    Mon regard est devenu brouillé

    Pourtant le ciel ,

    Comme tes yeux était clair....

    Dans ce ruisseau au doux murmure,

    Son eau claire et fraîche

    Jamais ne repassera ,

    Comme le temps passé ne reviendra,

    Jamais...

    Ma douce , 

    Mon Aimé 

    Que j'ais croisé sous ce ciel bleu

    La rosée du matin 

    A mis des larmes de bonheur à mes yeux

    Vite séchées

    Au feu du désir de mon coeur

    Ma mie 

    Ma douce

    Mon Amour

    Cet Amour qui déborde de nos coeurs

    Inonde désormais les Amours de nos enfants

    Qui viennent aujourd'hui

    Gazouiller ou "brailler"

    Mais surtout égailler notre quotidien d’Amour...

     

    Le Colporteur §§§©

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires