• Comme un cerf-volant j'écarte mes bras

    Et dans un grand éclat de rire 

    Je me jette du haut de ma vie 

    Je tombe du jour de  ma naissance

    Le vent de mon passé gifle mes joues 

    Je me sens le coeur en panne 

    Comme un caillou jeté à la rivière je m'enfonce

    Mes yeux pleurent et regardent monter le fond

    Le soleil me fait , au passage, un clin d'oeil

    Je lui répond d'un sourire...

    Bizarre à la vie à l'Amour pourquoi j'y pense

    Comme un cerf-volant sans vent mes ailes se referment

    Cette sensation d'être figé dans le nul part

    A regarder le fond s'écraser sur le visage

    Envelopper de partout , de rien...

    Dans un dernier regard j'ouvre grand mon coeur

    Tes yeux viennent s'y blottir douillets,

    Mes bras grands ouverts sur le vent , comme une voile , se posent

    Et dans un éclats de vie je rigole 

    Et comme un cerf-volant à grand voilure

    Je me sens porté d'une furieuse envie de voler

    S'ouvre à mes yeux les grands espaces étoilés ...

    La vie se chante de tes yeux ...

    Alors nos coeurs à l'unisson de vivre

    Traversent les éthers insondables de l'Amour...

     

    Le Colporteur  §§§©

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  Comme la fleur que l'on n'ose cueillir

    Pour la laisser s'épanouir

    Je ne sais que faire pour la séduire

    La regarder est déjà plaisir

    Quel trésor m'en aller quérir

    Pour dans ses bras espérer me blottir

    Et pour l'éternité pouvoir m'endormir.

     

    Le Colporteur §§§©

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  Tu étais venu ici en vacances chercher un îlot de paix

    Et tu as eu le coup de foudre.... "Roche"...

    Et tu as posé ton sac de "marin baroudeur"...,

    "Roche" était devenu ton île paradisiaque

    Et toi , le Robinson Crusoé , volontaire

    Avec Jocelyne , ton "Vendredi" du coeur .

    Tu  aimeras à y recevoir ta "tribu" ,

    Et ce repaire devenais aux vacances

    Le chantier de notre jeunesse...

    Après des années de durs labeurs

    Et ces vacances de chantiers

    Ce devait devenir notre île à nous aussi

    Notre repaire , paradis d'été...

    La tribu aimait à si prélasser s'y délecter de repos .

    Si tes pieds ont quitter ta terre natale

    Tes racines te sont restaient au coeur,

    Et bien souvent tu y revenais

    Retrouvant tes enfants adorés

    Et puis ma douce vous a rencontrait

    Devenant jours après jours

    Nos papy mamie de coeur...

    J'aimais à t'entendre souvent raconter ton "pays"

    Ébloui que j'étais par ce partage , cette complicité de sentiments  

    Preuve m'en est donnée avec la volonté que tu mettais pour que je te tutoie 

    Et mes reprise chaque fois où je laissais le "monsieur"

    reprendre sa place dans nos discutions

     

    Le Colporteur §§§©

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • L'écriture n'est pas l'apanage de certains élus 

    Il est celui de ceux qui ont le coeur sur la main

    Qui peignent les lettres pour dessiner des mots...

    Leurs pinceaux  !! ... Leur plume

    Qu'ils trempent dans l'encre des larmes du coeur

    A la lueur d'un clair de lune quand la chandelle est morte

    Pour faire voir aux yeux des autres

    Le merveilleux tableau de la vie

    Et réussir à faire chanter le monde

    Sur les notes , lettres écrites sur les  portée des lignes du cahier

    Mais bien trop dans ce monde ne savent pas lire

    N'ont pas l'oreille en musique , l’œil émerveillé ;

    Ils n'ont en tête le bruit sourd des bombes...

    Dans les oreilles ? Le chant des balles et le chœur des agonisants

    Beaucoup trop on dans le coeur la haine des autres

    Ne connaissent pas l'odeur de la terre labourée...

    Ignorant jusqu'à la fin programmée d'une terre à l'agonie . 

    En cause ? La boulimie de l'argent des marchands de rêves , d'armes 

    Et autres activités lucratives et nocives ...

    L'écriture même est en péril , elle n'a plus sa place ;

    La douce musique des mots poésies 

    Devra bientôt entrer en clandestinité

    Elle  deviendra l'apanage et oui , de certains riches.

    Encore et toujours l'argent....

     

     Le Colporteur §§§©

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le silence du sommeil à une saveur de miel 

    Des abeilles virevoltent aux portes de la ruche des songes

    Le propolis des rêves, comme un onguent

    Soulage les corps et les cœurs meurtris par le jour passé

    Comme un remmouleur aiguise les tranchants émoussés.

    La nuit écoute  , répare , repose les corps fatigués

    La nuit nous chante des comptines aux  douces paroles

     Elle nous fait souvent défiler des images aux différentes couleurs

    Des odeurs aux effluvent suaves semblants réelles

    Parfois des cauchemars jaloux , s’immiscent parmi ces images

    Chassés vivement d'un réveil salvateur...

    Les rêves reprennent leurs cours , ou démarrent un nouvel épisode,

    Au pire le sommeil baisse les bras

    Et nous fait un réveil plus prompt ...

    Voila , un petit épisode nocturne

    Nos voix peuvent retrouver leurs volumes ;

    Mais on parle .. parle mais de nouveau

    Il est l'heure de retrouver nos rêve pour ;

    Reprendre où on les a interrompue , ou commencer un nouvel épisode .

     

    Le Colporteur §§§©

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires