• Je viens d'aller me promener dans mes souvenirs

    Je rentre sinon j'aurais de tristes souvenirs

    Bien qu'il soit bon d'y faire parfois le ménage

    Mais je laisse les fenêtres de demain ouvertes

    Pour ne pas qu'ils m’asphyxient 

    Je veux garder l'air de la vie en moi

    La chaleur du bonheur en mon cœur

    Mon regard sur le bois de mes ami.e.s

    Ces arbres qui ressources quand je les étreins 

    Je vais maintenant me promener

    Du coté ou se lève un sourire 

    Et qui file vers demain

    Là ou l'aube embrase le ciel.... la vie

     

    Le Colporteur §§§©

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • De grands rideaux noir tirés aux fenêtres de la vie

    Comme pour clore le dernier acte de cette pièce

    Cette pièce qui ce fait roman aux histoires diverses

    Ce roman qu'est la vie sur le théâtre de l'univers

    Le brigadier a tapé les trois coups ; 

    Un coin du rideau soulevé ; le public est présent ,

    Nombreux et murmurant jusqu'au paradis 

    Tous les fauteuils sont occupés , grande est la foule

    Dans la fosse l'orchestre est en place .

    Sur les planches l'acteur principal a grand trac

    Trac irraisonnée raisonnablement compréhensible 

    L'acteur principal le sait , il n'y aura pas de rappel

    Sa prestation sera unique...

    De grands rideaux noir aux fenêtres de ma vie

    Comme pour clore le dernier chapitre...

    Ces grands rideaux noir fermés

    Que l'acteur ne verra pas s'ouvrir

    Sur le théâtre de la vie du prochain principal acteur.

     

    Le Colporteur §§§ ©

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le rire caché des enfants dans le feuillage

    A mes oreilles murmure douce complainte,

    Berce mon cœur qui ne compte plus d'âge  

    Au temps qui passe ne laisse ni regrets ni craintes

    A leurs souvenirs le temps  gommes notre passage

    Comme la vague un cœur à la plage

    Le sable au temps laisse sa place un autre cœur

    Mon cœur se berce de cette langueur 

    Le rire caché des enfants dans le feuillage

    Et l'arbre doucement le perd ; son feuillage 

     

    Le Colporteur §§§ ©

     

    (1ere phrase emprunté à Mr Eliot Thomas  ~ La Terre Vaine ~  )

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • ANNIVERSAIRE

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Ma maison est à la lisière de tout

    En bordure du chemin où passe la vie

    Son cœur bat aux rythmes des saisons

    Elle respire aux passages des âmes amies

    Elle rigole aux sons des cœurs de repas partagés

    Aux souvenirs des rires de ses enfants 

    Elle se fait nostalgique aux photos d'hier...

    Les murs eux aussi se font vieux

    Mes hivers chaque années plus rigoureux

    Mais ma maison est encore solide

    Comme l'Amour qui l'habite...

    Aux temps qui passe elle lui fait grimace 

    Fermant portes et volets quand tombe la nuit ou la pluie...

    Ma maison est encore bien  isolée et encore accueillante

    Preuve en est ;L'Amour y vit toujours à deux

    Et les repas sont toujours nombreux

    Ma maison n'est pas un château

    Mais les hôtes sont bons seigneurs 

    Ma maison je la croit bonheur

     

    Le Colporteur §§§ ©

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires